• Permanence au cabinet médical

    Permanence des infirmières les mardis et vendredis, de 7 heures à 10 heures.

Lu dans la Voix du Nord : des associations se mobilisent …

Région > Maubeuge et ses environs > Villers pol

Villers-Pol: des associations se mobilisent pour sortir du pétrin le boulanger du village

Publié le 05/04/2016

PAR E. B.

duval8boulangerie

photo La Voix du Nord

Installé à Villers-Pol depuis huit ans, Benoît Duval a fait fructifier sa petite affaire. Mais le seul boulanger du village, grièvement malade, doit faire face à un souci supplémentaire : trouver des fonds pour changer un four arrivé à bout de souffle.

L’art de pétrir le pain, Benoît Duval l’a appris auprès d’un artisan de renom du Valenciennois, ayant pignon sur rue. « On s’est connu dans la même boutique. Moi, j’étais vendeuse », affirme Milène Duval. Depuis, ces deux-là ont mené de front une même passion, elle, dans l’accueil des clients et derrière le comptoir, à vanter les fournées de son époux. « Il est arrivé un moment, où je voulais voler de mes propres ailes », souligne Benoît Duval, qui cherchait à reprendre une affaire proche de son habitation, à Préseau. Il est alors tombé sur ce fonds à céder, à Villers-Pol. Le couple n’a pas hésité un instant. La boulangerie était certes un peu vieillotte, et exiguë, mais elle avait séduit le jeune artisan. Au bout de deux-trois ans, le couple sollicite le propriétaire dans la perspective d’étendre le magasin. La façade a été refaite, plus attrayante, tout comme le comptoir, l’artisan-boulanger a développé son affaire et même lancé un léger service traiteur. « On a mené une vie de dingue », reconnaissent aujourd’hui Benoît Duval, 38 ans, et Milène, son épouse, 32 ans. Sans chambre de pousse, Benoît Duval travaillait encore à l’ancienne, et en direct, sans ces machines qui contrôlent la fermentation de la pâte, et ce dès minuit, chaque jour. La journée, il allait jusqu’à livrer lui-même son pain frais.

Jusqu’au jour, où le couperet tombe. Atteint d’une tumeur, Benoît doit lever le pied, arrêter de travailler un temps pour se soigner. Et puis il y a trois semaines, le four tombe en panne. Il faut dire qu’il a une bonne trentaine d’années d’existence. Il est réparé dans l’urgence, de façon temporaire. Le couple sait très bien qu’un jour ou l’autre, il rendra l’âme définitivement. « Un four neuf, il faut compter 45 000 euros », souligne Milène Duval. Une sacrée somme d’argent à débourser, d’autant que les banques rechignent à leur faire crédit, depuis la maladie de Benoît.

Sensible à leur détresse, c’est tout un village qui se mobilise, à l’initiative de Karyne Lemaire, de l’Atelier des créations. Elle a rassemblé les présidents d’associations locales pour mettre sur pied un appel aux dons par le biais de manifestations de solidarité. « Il y a plein de villages qui attendent l’installation d’un boulanger. Nous, nous en avons un, il faut se battre pour le garder. On ne peut pas laisser le village sans boulanger », réaffirme Karyne Lemaire. « Ça nous fait chaud au cœur », affirme le couple, en pleine épreuve, et qui ne s’attendait pas à un tel élan de solidarité.

Les actions

Plusieurs associations de Villers-Pol se mobilisent pour aider le seul boulanger du village.

– Concours de belote, à la salle des fêtes de Maresches, le samedi 30 avril, à 17 heures (ouverture des portes à 16 heures) : 10 euros par équipe.

– Dimanche 1er mai, à 9 h, marche de 5 km, place de Villers-Pol, et rassemblement de motos ; à 14 heures, loto à la salle des fêtes de Maresches. Ouverture des portes à 15 heures.

Une urne sera prochainement à disposition à la mairie de Villers-Pol pour recueillir des dons. Un appel aux dons est lancé sur Internet, sur le site leetchi.com/c/solidarité-boulangerie-duval

Contact : Karyne Lemaire, 06 88 88 52 01 ou mairie de Villers-Pol : 03 27 49 06 37.